• Ré-information
  •  

Le journaliste britannique, Alex Thompson, qui couvre les événements de Syrie pour la chaîne d'information britannique Channel IV, vient de donner un éclairage crû sur certaines méthode de manipulations de l'ASL. Dans un article publié le 8 juin par le grand quotidien The Guardian, Thompson raconte que lui et son équipe avaient accompagné une équipe d’observateurs onusiens en route vers la ville d’al-Qusayr (à mi-chemin de Homs et de la frontière libanaise). Là, les journalistes britanniques ont été "pris en [...]



Un grand reporter britannique accuse l’ASL de manipulation criminelle – et pas mal de collègues de connivence avec les rebelles

Par Louis Denghien,



Alex Thompson a pu constater "en live" les méthodes médiatiques de l'ASL. Et il en profite pour critiquer celles de pas mal de ses confrères...

Le journaliste britannique, Alex Thompson, qui couvre les événements de Syrie pour la chaîne d’information britannique Channel IV, vient de donner un éclairage crû sur certaines méthode de manipulations de l’ASL. Dans un article publié le 8 juin par le grand quotidien The Guardian, Thompson raconte que lui et son équipe avaient accompagné une équipe d’observateurs onusiens en route vers la ville d’al-Qusayr (à mi-chemin de Homs et de la frontière libanaise). Là, les journalistes britanniques ont été « pris en charge » par un groupe de quatre hommes armés se réclamant de l’ASL, et circulant à bord d’une voiture noire. Ceux-ci ont alors ont conduit froidement l’équipe de Thompson sur une route traversant une zone insécurisée – « a free fire zone » – pour que les forces syriennes tirent par erreur sur eux et qu’ainsi soit jeté un nouvel opprobre médiatique contre le régime et l’armée.

Le grand reporter anglais raconte qu’effectivement, une fois leur véhicule engagée dans le no-man’s land, un poste militaire a commencé à tirer sur leur véhicule. Le véhicule des Anglais a d’abord tenté de se réfugier dans un chemin de traverse, qui s’est avéré être une impasse. « Il n’y avait pas d’autre option, raconte Thompson au Guardian, que de sortir de ce champ de tir et de reprendre en sens inverse la route où l’on nous avait conduits. Comme il était prévisible, la voiture noire qui nous avait menés dans ce piège était toujours là. Elle a démarré qu’elle nous aperçus« .

Pour les lecteurs du Guardian, Alex Thompson tire la morale de cet incident : « Il est parfaitement clair pour moi que les rebelles nous ont délibérément tendu un piège pour que nous soyons tués par l’armée syrienne. Des journalistes (occidentaux) tués, c’est mauvais pour Damas ! »

De ce cynisme des ASL, Thompson et ses amis ont une une confirmation une heure et demie plus tard : la même voiture noire de rebelles a soudain jailli d’une voie latérale les coupant du convoi des casques bleus. Lesquels ont d’abord rétrogradé pour se rapprocher d’eux, puis voyant l’équipe britannique entourée de « miliciens en train de crier » ont finalement préféré s’en aller, abandonnant Thompson et ses collègues. Qui finalement ont pu regagner Damas.

Critique méthodologique implicite des confrères occidentaux

Les quatre ASL d’al-Qusayr ont commis un sacré faux-pas : Alex Thompson est une grande figure du reportage de guerre britannique, qui a couvert depuis 20 ans pour Channel 4 nombre de conflits, en Irak, en Yougoslavie, en Afrique, en Afghanistan. C’est une autorité en la matière. Il a accordé une interview intéressante au site Russia Today sur sa récente expérience syrienne que nous traduirons bientôt. Entré légalement en Syrie, il a pu accéder à une zone rebelle sans avoir été « pris en mains » de A à Z comme nombre de ses collègues par les rebelles, suite à une entrée clandestine via une filière d’opposants. Cela change, dans le sens d’une plus d’objectivité, le regard porté sur la situation. Thompson le dit lui-même : « C’est un fait. La plupart des journalistes occidentaux qui couvrent le conflit du côté rebelle sont emmenés clandestinement depuis le Liban et entrent donc illégalement en Syrie. Il est très inhabituel, on n’en a pratiquement jamais eu d’autre exemples, de faire ce que nous (l’équipe de Channel 4) avons fait, c’est-à-dire partir de Damas, franchir les lignes de front avec la Croix-Rouge et le Croissant-Rouge, et parler aux deux camps ».

En effet. Et là, implicitement, le grand professionnel qu’est Alex Thompson met en cause la méthodologie – et donc la déontologie – de nombre de ses collègues d’Occident qui, pris en charge par les rebelles du début à la fin de leur reportage, tendent à épouser leur point de vue et leur cause. On a d’ailleurs eu un précédent fameux de cet état de choses et des conséquences médiatiques : les journalistes intégrés – « embedded » – aux forces américaines en Irak. Aujourd’hui les journalistes formatés et formateurs, qui prétendent ne plus tomber dans ce panneau propagandiste-là, reproduisent exactement la même chose avec l’ASL en Syrie : ils sont « embedded » avec elle !

Édith Bouvier a certes fait preuve de courage à Homs, mais elle est un cas-typique de journalisme connivent, et "embedded" avec les insurgés...

 



Vous pouvez suivre les réponses à cet articles avec le flux RSS.
Les commentaires sont fermés.

58 commentaires à “Un grand reporter britannique accuse l’ASL de manipulation criminelle – et pas mal de collègues de connivence avec les rebelles”

  1. Mohamed Ouadi dit :

    Voilà enfin quelqu’un qui ne s’est pas mis au lit comme beaucoup d’autres !

    • Mohamed Ouadi dit :

      LE CONFLIT SYRIEN RISQUE DE DÉGÉNÉRER EN GUERRE MONDIALE
      Coups de semonce russes

      par Thierry Meyssan

      La crise syrienne a changé de nature. Le processus de déstabilisation qui devait ouvrir la voie à une intervention militaire légale de l’Alliance atlantique a échoué. Ôtant leur masque, les États-Unis ont publiquement évoqué la possibilité d’attaquer la Syrie sans l’aval du Conseil de sécurité, comme ils le firent au Kosovo. C’était feindre d’ignorer que la Russie de Vladimir Poutine n’est pas celle de Boris Eltsine. Après s’être assuré du soutien chinois, Moscou a tiré deux coups de semonce en direction de Washington. La continuation des violations du droit international par l’OTAN et le CCG risque désormais d’ouvrir un conflit mondial.

      RÉSEAU VOLTAIRE | DAMAS (SYRIE) | 9 JUIN 2012

      Lors de la célébration de la victoire contre le nazisme, le 9 juin dernier, le président Vladimir Poutine a insisté sur la nécessité pour la Russie de se tenir prête à un nouveau sacrifice.
      Le président Vladimir Poutine a placé son troisième mandat sous le signe de l’affirmation de la souveraineté de son pays face aux menaces directement lancées contre la Fédération de Russie par les États-Unis et l’OTAN. Moscou a maintes fois dénoncé l’élargissement de l’OTAN, l’installation de bases militaires à ses frontières et le déploiement du bouclier antimissile, la destruction de la Libye et la déstabilisation de la Syrie.

      Les jours suivant son intronisation, M. Poutine a passé en revue l’industrie militaire russe, ses forces armées, et son dispositif d’alliance [1]. Il a poursuivi cette mobilisation en choisissant de faire de la Syrie la ligne rouge à ne pas franchir. Pour lui, l’invasion de la Libye par l’OTAN est comparable à celle de la Tchécoslovaquie par le IIIe Reich, et celle de la Syrie —si elle devait avoir lieu— serait comparable à celle de la Pologne qui déclencha la Deuxième Guerre mondiale.

      Toute interprétation de ce qui se passe actuellement au Levant en termes intérieurs syriens de révolution/répression est non seulement faux, mais dérisoire au regard des vrais enjeux et relève de la simple communication politique. La crise syrienne est avant tout une étape du « remodelage du Moyen-Orient élargi », une nouvelle tentative de détruire « l’Axe de la Résistance », et la première guerre de « la géopolitique du gaz » [2]. Ce qui se joue actuellement en Syrie, ce n’est pas de savoir si Bachar el-Assad parviendra à démocratiser les institutions qu’il a reçu en héritage ou si les monarchies wahhabites du Golfe parviendront à détruire le dernier régime laïque de la région et à imposer leur sectarisme, mais quelles frontières séparent les nouveaux blocs, OTAN (Organisation du Traité de l’Atlantique-Nord) et OCS (Organisation de coopération de Shanghai) [3].

      Certains de nos lecteurs ont probablement sursauté à la lecture de la phrase précédente. En effet, depuis des mois, les médias occidentaux et du Golfe leur martèlent à longueur de journées que le président el-Assad incarne une dictature sectaire au profit de la minorité alaouite, tandis que son opposition armée incarne la démocratie pluraliste. Un simple regard sur les événements suffit à discréditer cette présentation mensongère. Bachar el-Assad a convoqué successivement des élections municipales, un référendum et des élections législatives. Tous les observateurs se sont accordés à dire que les scrutins se sont déroulés de manière sincère. La participation populaire a atteint plus de 60 % alors même que les Occidentaux les ont qualifiés de « farces » et que l’opposition armée qu’ils soutiennent a empêché les citoyens de se rendre aux urnes dans les quatre districts qu’ils contrôlent. Dans le même temps, l’opposition armée a multiplié les actions non seulement contre les forces de sécurité, mais contre les civils et tous les symboles de la culture et du multi-confessionnalisme. Ils ont assassiné les sunnites progressistes, puis tué au hasard alaouites et chrétiens pour contraindre leurs familles à fuir. Ils ont brulé plus de mille cinq cents écoles et églises. Ils ont proclamé un éphémère Emirat islamique indépendant à Baba Amr où ils ont institué un Tribunal révolutionnaire qui a condamné à mort plus de 150 mécréants, égorgés un à un en public par leur bourreau. Et ce n’est pas le pitoyable spectacle de quelques politiciens dévoyés, réunis au sein d’un Conseil national syrien en exil, affichant un projet démocratique de façade sans rapport avec la réalité de terrain des crimes de l’Armée « syrienne » libre, qui masquera plus longtemps la vérité. Au demeurant, qui peut croire que le régime laïque syrien, dont l’exemplarité était célébrée il y a peu, serait devenu une dictature confessionnelle, tandis que l’Armée « syrienne » libre, soutenue par les dictatures wahhabites du Golfe et obéissant aux injonctions de prédicateurs takfiristes serait un parangon du pluralisme démocratique ?

      L’évocation par des dirigeants US d’une possible intervention internationale hors mandat de l’ONU, à la manière dont l’OTAN avait démembré la Yougoslavie, a suscité inquiétude et colère à Moscou. La Fédération de Russie, qui jusqu’ici se tenait en position défensive, a décidé de prendre l’initiative. Ce changement stratégique est dû à l’urgence de la situation du point de vue russe, et à l’évolution favorable sur le terrain en Syrie [4].

      Moscou a proposé de créer un Groupe de contact sur la Syrie qui réunirait l’ensemble des États concernés, c’est-à-dire à la fois les Etats voisins, les puissances régionales et internationales. Il s’agit de substituer un forum de dialogue à l’actuel dispositif belliqueux mis en place par les Occidentaux sous le vocable orwellien de « Conférence des Amis de la Syrie ».

      La Russie continue à soutenir le Plan Annan —qui est en fait la reprise à peine modifiée du plan présenté par Sergey Lavrov à la Liguer arabe—. Elle déplore que ce plan ne soit pas appliqué, mais rejette la culpabilité sur la faction de l’opposition qui a pris les armes. Selon A.K. Lukashevich, un des porte-parole du ministère des Affaires étrangères, l’Armée « syrienne » libre est une organisation illégale au regard du droit international. Bien qu’elle assassine chaque jour 20 à 30 soldats syriens, elle est publiquement soutenue par les États de l’OTAN et du CCG en violation du Plan Annan [5].

      Se posant en faiseur de paix face à une OTAN faiseur de guerre, Vladimir Poutine a demandé à l’OTSC de se préparer à déployer des « chapkas bleues » en Syrie, à la fois pour séparer les belligérants syriens et pour combattre les forces étrangères. Nicolai Bordyuzha, secrétaire général de l’OTSC, a confirmé qu’il dispose de 20 000 hommes formés pour ce type de mission et immédiatement disponibles [6]

      Ce serait la première fois que l’OTSC déploierait une force de paix hors de l’ancien espace soviétique. Piqué au vif, le secrétaire général de l’ONU, Ban Ki-moon, a tenté de saboter cette initiative en proposant soudainement d’organiser lui aussi un Groupe de contact.

      Réunissant à Washington le groupe de travail sur les sanctions de la Conférence des Amis de la Syrie, la secrétaire d’Etat US Hillary Clinton a fait fi de la proposition russe et a surenchéri en faveur d’un changement de régime [7].

      En Turquie, des parlementaires d’opposition ont visité les camps de réfugiés syriens. Ils ont constaté l’absence de plus d’un millier de réfugiés enregistrés par les Nations Unies dans le principal camp et, au contraire, la présence d’un arsenal dans le camp. Ils ont alors interrogé à l’Assemblée le Premier ministre Recep Tayyip Erdogan exigeant qu’il révèle le montant de l’aide humanitaire accordée aux réfugiés fantômes. Les députés considèrent que le camp de réfugiés est une couverture pour une opération militaire secrète. Il abrite en réalité des combattants, principalement libyens, qui l’utilisent comme base arrière. Les députés ont émis l’hypothèse que ces combattants sont ceux qui se sont introduit dans le district de Houla lorsque le massacre a été perpétré.

      Ces informations confirment les accusations de l’ambassadeur russe au Conseil de sécurité, Vitaly Churkin, selon lesquelles, le représentant spécial de Ban Ki-moon en Libye, Ian Martin, a utilisé des moyens de l’ONU destinés aux réfugiés pour acheminer en Turquie des combattants d’Al Qaeda [8].

      En Arabie saoudite, la fracture entre le roi Abdallah et le clan des Sudeiris s’est à nouveau manifestée. À l’invitation d’Abdallah Ier, le Conseil des oulémas a publié une fatwa stipulant que la Syrie n’est pas une terre de jihad. Mais, dans le même temps, le prince Fayçal, ministre des Affaires étrangères appelait à armer l’opposition contre « l’usurpateur alaouite ».

      La journée du jeudi 7 juin a été riche en événements. Alors que Ban Ki-moon et Navi Pillay, respectivement secrétaire général et Haut-commissaire aux Droits de l’homme, dressaient leur réquisitoire contre la Syrie devant l’Assemblée générale de l’ONU, Moscou a procédé à deux tirs de missiles balistiques intercontinentaux.

      Le missile Boulava tire son nom du bâton de maréchal des armées cosaques.
      Le colonel Vadim Koval, porte-parole du RSVN, a admis le test d’un Topol —lancé depuis un silo près de la Caspienne—, mais n’a pas confirmé celui d’un Boulava depuis un sous-marin en Méditerranée. Cependant, le tir a été observé dans tout le Proche-Orient, d’Israël à l’Arménie, et il n’existe aucune autre arme connue qui puisse laisser de telles traces dans le ciel [9].

      Le message est clair : Moscou est prêt à la guerre mondiale, si l’OTAN et le CCG ne se plient pas aux obligations internationales telles que définies par le Plan Annan, et persistent à alimenter le terrorisme.

      Selon nos informations, ce coup de semonce avait été coordonné avec les autorités syriennes. De Même que Moscou avait encouragé Damas à liquider l’Émirat islamique de Baba Amr sitôt l’autorité du président el-Assad confirmée par le référendum constitutionnel, de même il a encouragé le président à liquider les groupes de mercenaires présents dans le pays sitôt le nouveau Parlement et le nouveau Premier ministre installés. L’ordre a été donné de passer d’une stratégie défensive à une action offensive pour protéger la population du terrorisme. L’armée nationale est donc passée à l’attaque des bastions de l’Armée « syrienne » libre. Les combats des prochains jours s’annoncent difficiles, d’autant que les mercenaires disposent de mortiers, de missiles anti-chars et désormais de missiles sol-air.

      Pour faire baisser la tension, la France a immédiatement accepté la proposition russe de participation à un Groupe de contact ad hoc. Washington a dépêché en urgence Frederic C. Hof à Moscou. Contredisant les propos tenus la veille par la secrétaire d’État, Hillary Clinton, M. Hof a à son tour accepté l’invitation russe.

      Il n’est plus temps de se lamenter sur l’extension des combats au Liban, ni de pérorer sur une possible régionalisation du conflit. Depuis 16 mois qu’ils déstabilisent la Syrie, l’OTAN et le CCG ont créé une situation sans issue qui peut désormais dégénérer en guerre mondiale.

      Thierry Meyssan
      http://www.voltairenet.org/Coups-de-semonce-russes

      • Jo dit :

        Thierry Meyssan dit :

        L’ordre a été donné de passer d’une stratégie défensive à une action offensive pour protéger la population du terrorisme. L’armée nationale est donc passée à l’attaque des bastions de l’Armée « syrienne » libre. Les combats des prochains jours s’annoncent difficiles, d’autant que les mercenaires disposent de mortiers, de missiles anti-chars et désormais de missiles sol-air.

        Cette info est-elle sure ?

        Merci

        • Charles dit :

          Pourquoi en douter ? D’une part l’information vient d’une source fiable, d’autre part l’enchaînement des « Oradour » par les mercenaires et les inquiétudes de leurs supports diplomatiques confirment que l’Ennemi a désormais affaire à forte partie : la dératisation est bien en cours, Jo, nous pouvons être confiants.

        • RoyL dit :

          http://sana.sy/eng/22/2012/06/09/424373.htm
          Lavrov: We Won’t Pass any UNSC Resolution on Military
          Intervention in Syria
          Jun 09, 2012

          ** In a press conference on Moscow, Lavrov reiterated Russia’s
          position that it will NOT ALLOW PASSING ANY Security Council
          resolution that authorizes the use of force against Syria.

          ** He affirmed that Moscow has CONFIRMED INFORMATION from media
          parties and Russian EXPERTS that horrible acts of maltreatment
          and TERRORISM are being carried out BY TERRORISTS against
          supporters of the Syrian government. [Emphase ajoutée]

          ***

          Il faut lire l’article complet. Ça sont des déclarations **TRES
          FORTES** et **GRAVES** en même temps, faites par un chef de la
          diplomatie qui n’est point connu pour parler que parce que il
          aurait un orifice quelque part dans la tète, duquel faire sortir
          du bruit.

          • Charles dit :

            Oui, Jo, le plan Annan a certainement obligé l’armée syrienne régulière à une trop grande retenue. Mais les mercenaires, qui ne l’avaient pas formellement accepté, l’ont déclaré caduc depuis une semaine (http://www.infosyrie.fr/actualite/prestidigitation-lasl-va-rompre-la-treve-quelle-na-jamais-respectee/). De plus, non seulement les militaires syriens doivent en avoir marre de se faire tuer, mais parmi les assassinés par attentats il y a une proportion importante de gradés et même d’officiers supérieurs, une proportion bien plus élevée que celle qu’on peut attendre dans une guerre normale, où ce sont surtout les soldats et les sous-officiers qui meurent. L’exaspération des militaires pèse sans doute elle aussi dans le sens d’une intensification de la dératisation.

    • joska dit :

      mohamed Ouadi, je viens de lire et relire l’info! Ce journaliste est presque un sauveur pour le peuple syrien! Les journalistes occidentaux et Qataris vont vouloir sa peau! Que Dieu le protège! Et comme par hasard, un des seuls journalistes, entré légalement sur le territoire syrien, fait une grande éloge sur la réalité des évènements en Syrie! N’en déplaise à Candide, étudiant, Sl, Le faux informateur formaté à l’occidentale et la pire de tous « H. Clinton » la cocue, la bouffie et pour couronner le tout: « La borracha »!
      Ban Kimoon et Annan vont dire quoi? Et cet ahuri d’Hollande, et l’autre mongolien: Fabius tous deux issus de mère ou père juif!

      • mécréante dit :

        joska please,
        ne parlez pas comme ça, c’est nulle et je sait que tu ne l’est pas !
        Juif n’est pas égale à sioniste (qui eux sont les vrais …)

        • joska dit :

          mécréante, il est vrai que tu as raison, je voulais simplement crier que les sionistes font preuve de rapaces comme les opposants, la salafistes, le Qatar, les usa, la mauvaise France par fabio-hollande, et alors le Erdogan qui s’enlise de plus en plus dans son pays et désavoué par son propre peuple, tout cela ne le sera pas pour Bashar qui a son peuple le soutenant

      • RoyL dit :

        À lire absolument:

        http://www.voltairenet.org/Thierry-Meyssan-Si-j-avais-plie-je
        Thierry Meyssan : « Si j’avais plié, je n’aurais pas eu à partir
        »
        Beyrouth (Liban) | 13 octobre 2008

        [L]a fermeture des bureaux français du Réseau Voltaire et l’exil de
        son président suscitent bien des interrogations. Certains
        commentateurs y ont vu la fin d’une aventure ; d’autres au
        contraire, observant que ces décisions n’ont pas diminué la
        combativité du Réseau, ont essayé de savoir ce qui les avait
        motivées. Thierry Meyssan s’en explique ici. Il décrit une
        France, placée sous le contrôle des services états-uniens, où une
        opinion publique anesthésiée n’a pas conscience du contrôle
        politique. À ses yeux, il y avait péril en la demeure et la
        menace qui l’a contraint à partir ne tardera pas à s’exercer sur
        d’autres. [..]

        Ainsi que:

        http://www.silviacattori.net/article1825.html
        Communiqué de presse du Réseau Voltaire
        Tripoli : le Réseau Voltaire s’inquiète des menaces de mort qui
        pèsent sur Mahdi Darius Nazemroaya et Thierry Meyssan
        22 août 2011

      • RoyL dit :

        > Ceux-ci ont alors ont conduit froidement l’équipe de Thompson
        > sur une route traversant une zone insécurisée – « a free fire
        > zone » – pour que les forces syriennes tirent par erreur sur
        > eux et qu’ainsi soit jeté un nouvel opprobre médiatique contre
        > le régime et l’armée.

        Ça devrait être une pratique TRÈS COURANTE d’ailleurs. Si je me
        souviens bien, Mère Agnès-Mariam de la Croix, higoumène du
        monastère de Saint Jacques le Mutilé à Qâra (Syrie), en en
        parlait il y a longtemps déjà.

        FIDES en en parle.

        ***

        http://www.infosyrie.fr/actualite/mettez-ce-forcene-hors-detat-de-nuire/#comment-42370

        Écoutez Haitham Alsibahie, du Syrian Social Club London
        (Angleterre) si vous comprenez l’anglais!!!

        Ils utilisent même des handicapes mentaux — des vrais (eh bien,
        toute ce chair à canon qu’ils recrutent ne devrait pas être trop
        smart non plus) — qu’ils pussent dans des situations de mort
        certaine et assurée.

      • NO PASARAN dit :

        Pas « vont » vouloir sa peau… Ils la voulaient déjà… Mayssan a déjà échappé à au moins un attentat…

  2. bluerider dit :

    je lis aussi des reportages du NYTIMES sur AlKoubeir, et je dois dire qu’ils sont bien plus prudents que ceux de notre foutue presse francophone qui est aveugle, sourde, insinuatrice, amalgamante, inculte, viciée de l’intérieur et sans aucune ethique idéologique… même au quai d’Orsay on dirait qu’ils rament, et que nos commissions des affaires étrangères sont aux abonnés absents… (il faut dire que le quai d’Orsay, depuis 2007, n’a plus qu’une existence virtuelle, et les ambassadeurs français, JAMAIS cités dans aucun communiqué de presse qui touche au Moyen Orient, ne sont que des exécutants de l’ombre sans aucune écoute à Paris…. pire… on expulse l’ambassadrice syrienne avant même toute conclusion sur le massacre d’Houla, là où la France, ancienne puissance colonisatrice de la Syrie, devrait au contraire faire preuve d’une attitude éclairée et prudente. C’est abject.

    • lafleuriel dit :

      et en plus de Valero, toujours lui aux abonnés présents, on a Fabius et ses sbires !
      Au fait il faut aussi voir avec quelle amabilité Hollande a reçu Mahmoud Abbas à Paris ! Mais au fait qu’est ce qu il attend ce pauvre Mahmoud Abbas pour faire reconnaître l’Etat palestinien à New York ?(assemblée nationale des NU) il croit encore que la France va être avec lui ?
      Cette Clinton,impossible d’accepter que nos médias louches essaient encore de nous passer ses déclarations cyniques. Moi aussi je crois qu’il y a pas beaucoup de nos compatriotes qui la supportent.

  3. RoyL dit :

    > un éclairage crû sur certaines méthode de manipulations de
    > l’ASL

    Mieux tard que jamais, mais plus tôt ça aurait été mieux:

    [.. S]elon A.K. Lukashevich, un des porte-parole du ministère des
    Affaires étrangères, l’Armée « syrienne » libre est une
    ORGANISATION ILLÉGALE AU REGARD DU DROIT INTERNATIONAL. Bien
    qu’elle assassine chaque jour 20 à 30 soldats syriens, elle est
    publiquement soutenue par les États de l’OTAN et du CCG en
    violation du Plan Annan.^1 [..] [Emphase ajoutée]

    Surprise alors?, faut il toujours se brûler des doigts avant?

    1. http://www.voltairenet.org/Coups-de-semonce-russes
    Coups de semonce russes
    par Thierry Meyssan
    Damas (Syrie) | 9 juin 2012

  4. Etudiant dit :

    MAIS QUELLE IDEE !!! ALler en Syrie faire son travail alors que le pays est en guerre, c’est de la folie. Moi je dis il a été payé par les services de renseignements syriens pour cela. ALlez Mesdames messieurs, applaudiessez votre nouveau Piccinin !!!

    • Louis Denghien dit :

      Se muer en Piccinin ? Il n’en est pas encore là, heureusement. Quant à votre réaction grotesque autant qu’hystérique, elle témoigne assez de l’honnêteté intellectuelle caractérisant vos interventions.

      L.D. & Infosyrie

      • L'étrangère dit :

        Hier j’ai pensé devoir attiré votre attention là-dessus :

        8 juin 2012 à 23 h 28 min

        Si Infosyrie ne diffuse pas cette information, je ne sais pas qui le ferait. Monsieur Asselineau n’est peut-être pas aussi convaincu et révolté que nous le sommes. Il n’en est que plus convaincant !
        PS : BHL ici n’est qu’un détail, l’important c’est le raisonnement…

        F. Asselineau sur la Syrie : « BHL n’est pas plus philosophe que je ne suis moine tibétain. »
        http://www.youtube.com/watch?feature=player_embedded&v=N-p1o9StoeQ

        C’est au moins aussi important que l’avis d’un Zeymour ou d’un Christophe Barbier. NON ?
        Désolée de ce billet d’humeur… Prêcher des convaincus, c’est bien… Mais donner aux lecteurs français un bref résumé bâti dans un langage qu’ils peuvent comprendre, c’est encore mieux. Nous avions maintes fois évoqué ici les « questions restées sans réponses » de Monsieur François Loncle. Depuis, il a eu sa réponse [1] [à lire absolument] et semble exprimer sa satisfaction [2], maintenant que les socialistes sont revenus au pouvoir…

        [1]http://questions.assemblee-nationale.fr/q13/13-124860QE.htm
        [2]http://www.rfi.fr/emission/20120518-francois-loncle-depute-ps-eure-membre-commission-affaires-etrangeres-assemblee-nat

        Alors, gauche, droite, centre… donnons aussi la parole à ceux qui, apparemment objectifs, nous ouvrent des perspectives et pensent, comme nous, qu’en défendant la Syrie « telle qu’elle est » nous défendons aussi les intérêts de la France ! C’est tellement rare !

        PS : les « Chalabi » syriens sont à l’œuvre depuis les USA tout comme pour l’Irak… Étonnant … Ils n’ont attendu que 14 mois pour se manifester !

        Création d’un fonds de soutien de 300 millions de dollars pour appuyer la révolte
        http://www.france24.com/fr/20120606-creation-fonds-soutien-300-millions-dollars-revolte-syrie-doha-qatar-hommes-affaires

      • Etudiant dit :

        SI tu sens pas l’ironie qui pointe Louis, c’est vraiment que toute cette année t’as épuisé intellectuellement. Je te conseille du repos avant que la folie ne t’atteigne.

        • Louis Denghien dit :

          L’ironie la plus forte, depuis plus d’un an, c’est que Bachar est toujours là !

          L.D. & Infosyrie

    • jo dit :

      hey, tu es qui pour parler des Syriens , tu ne connais rien a ce pays , des gens souffrent en Syrie a causes d’imbéciles dans ton genre
      Au lieu de passer tes vacances au bord de la mer ,dans un camping a manger des merguez et a jouer a la pétanque et a regarder secret story
      va faire un tour en Syrie ,va connaitre le Moyen Orient , tu va voir de ce qu’ils en pensent de l’ASL et de ta démocratie occidentale
      Et si t’est pas convaincu , va voir la DEMON – CRASSIE imposé en Irak par les gentilles petites bombes humanitaires de l’OTAN, rempli d’uranium appauvri qui provoque maladie et malformations, et pendantque tu y es ,essaie de chercher les armes de destructions massives

      • Etudiant dit :

        Ouais et toi viens me voir sur mon camping et tu verra de quoi je suis capable avec des balles de pétanques. Ca t’en bouchera un coin.

        • Louis Denghien dit :

          Hoo Étudiant se transforme en ASL (acariâtre sioniste lunatique). Quelque chose l’aurait-il contrarié ?

          L.D. & Infosyrie

        • Jo dit :

          ba je les attends tes boules de pétanque , je te les fouterais dans ton c.. , ton c. est assez ouverts , les Salafistes, BHL et Arror sont déja rentrez dedans

          C’est ca retourne révisez

          Tu va m’attaquer lachement comme tes amis terroristes de l’ASL ?

          Tu va me faire quoi , t’es comme l’ASL , tu t’en prends aux enfants ,femmes , mais tu fait dans ton pantalon et tu pars en courant devant l’armée

          ba je les attends tes boules de pétanque , je te les fouterais dans ton c.. , ton c. ouverts les Salafistes, BHL et Arror sont déja rentrez dedans

          Disciple pathétique de BHL et de Aroor

          Etudiants de mes c…..s

          • Etudiant dit :

            bravo Jo, tu m’insulte, je te répond et toi tu tombe encore plus bas. mais attention ya pas lus bas que bas!

    • kegan dit :

      C’est vrai , c’est trop niaiseux comme intervention, tu es trop « Samuel » toi; envois nous Candide plutôt; lui au moins il me fait rire !!

      • Julie dit :

        Nous savons tous que Candide et Etudiant sont les feux facettes d’un même personnage et qu’elles sont là pour que chacune renforce les dires de l’autre, ce qui me rappelle une amie qui, une fois par semaine, se faisait envoyer des roses rouges par Interflora dans une tentative désepérée pour reconquérir son mari infidèle

    • theflowerpower dit :

      REFRESCANDO !! : http://cort.as/256Z

    • Cécilia dit :

      « MAIS QUELLE IDEE !!! ALler en Syrie faire son travail alors que le pays est en guerre, c’est de la folie. »

      Ah bon, ce n’est pas vous qui vous plainiez de l’absence des journalistes étrangers en Syrie et maintenant qu’il y a un qui ose dire la vérité tant contestée par votre majesté vous indigniez ?

      Je constate que vous devenez de plus en plus agressif, cher Etudiant ?
      Y a-t-il un problème ?

      • Etudiant dit :

        NOn Cécilia, mais tu dois être aussi crevé que Louis pour ne pas sentir l’ironie quand j’écris cela.
        Après il peut dire ce qu’il veut ce type, je m’en fous.
        Mais bon, faits comme Louis prenez du repos avant qu’il ne soit trop tard.

  5. fatima dit :

    L’Asl, ces bandes des assassins croient qu’il peuvent et capable de manipuler tout le monde ?? !! ils sont tellement cons et bêtes qu’ils n’ont pas pensé qu’un jour vont tomber dans le piège..
    leur méthode a marché avec les journalistes français et états-unisiens mais pas avec les belges et ce journaliste britannique.
    Tant mieux, tout commence a sortir à la surface..qui vivra , verra

  6. Jean-Paul Devedeux Ce 30 mai 2012
    3, rue Théodore de Bèze
    21000 Dijon

    A Monsieur François Hollande
    Président de la République française

    Monsieur le Président,

    Mon nom, bien sûr, ne vous dira rien, pas plus que mon histoire ou encore ma fonction. Je suis prêtre à Dijon et, comme tout citoyen en tentative de responsabilité, essaie de suivre, à défaut de comprendre, la souvent tragique et douloureuse actualité, notamment internationale.

    M’est avis que je transgresse quelque peu la loi émanant de nos Ecritures, à savoir : « Que le soleil ne se couche pas sur votre colère. » Mais tout de même…

    Si je m’accorde la liberté de vous écrire, c’est pour vous dire à tout le moins ma déception. Nous attendions « l’esprit saint » et, une fois de plus, c’est « l’église qui est venue… » J’entends l’église républicaine, civile, laïque. Distante, sentencieuse, asphyxiante, partisane. Anachronique décalque de celle, cléricale, que nous avons connue et dont nous avons souffert.

    Je voudrais vous parler d’un pays qui m’est cher pour le connaître depuis 30 ans et y avoir passé un certain nombre d’années, à savoir la Syrie. Force est de reconnaître que vous nous promettiez le changement, or l’une de vos premières décisions, l’une des premières de vos paroles indiquent que, non seulement vous ne vous démarquez pas du gouvernement autiste dont vous réclamiez la chute à cor et à cri, mais que vous oeuvrez pour le dépassez en zèle.

    Je n’ai aucune sympathie particulière pour Bachar el Assad, mais il reste vrai que je reste profondément écoeuré par la malhonnêteté, l’incompétence, à moins que ce ne soit, plus sûrement, la volonté d’intoxication de quasiment tous les médias hexagonaux qui, chaque jour, nous rebattent les oreilles jusqu’au comique avec les mêmes poncifs manifestement monolithiques, partiaux, copiés-collés.

    Profondément écoeuré par l’encombrant, le messianique monsieur Lévy qui, ce soir encore à la télévision, se livrait dans un décor versaillais, ni plus ni moins qu’à une obscène incitation à la violence, pour ne pas dire au meurtre. Je crois pouvoir vous assurer, que même s’il prend plaisir à s’afficher avec des opposants d’opérette, il n’est pas plus apprécié par la majorité des Syriens que ne l’était le ministre des Affaires étrangères du précédent gouvernement à qui j’ai eu l’occasion, il y a peu, de faire part de la même indignation.

    Vous répétez à l’envi que vous êtes le « Président d’un grand pays », or…

    Permettez-moi de vous dire combien je suis stupéfait par votre langage approximatif : qu’est-ce que « la Syrie » !!! Le bon peuple, en majeure partie fidèle à son Président, fier de lui… que cela plaise ou non à l’indéboulonnable conformisme occidental… le gouvernement, l’armée, les terroristes infiltrés ? A parler trop et trop vite, on nul n’échappe à l’amateurisme.

    Permettez-moi de vous demander quelle connaissance vous avez des Arabes, de la Syrie, de ce qu’il s’y passe réellement, de ce que souhaitent en matière de régime beaucoup de gens qui y vivent, notamment les étudiants, sans parler des minorités. Savez-vous pourquoi ils tiennent à leur président ? Avez-vous parlé avec lui des problèmes auxquels il était affronté ? Pensez-vous vraiment qu’il éprouve quelque jouissance que ce soit à « massacrer son peuple ? »

    Permettez-moi de vous demander pourquoi ces anathèmes, ces menaces, toujours proférés derrière des micros ou devant des caméras ? Comme si notre « grand pays » était à ce point invalide de la rencontre, du dialogue d’homme à homme, de la cordialité sans recherche de réciprocité ? Est-ce là l’image que vous voulez donner aux jeunes, l’une de vos priorités à ce que j’ai cru comprendre, d’une France responsable, engagée dans la construction audacieuse, prophétique d’un millénaire dont tellement d’indices nous portent à croire qu’il est mort-né… par cupidité, prédation, soumission, couardise, absence d’idéal digne de ce nom.

    Permettez-moi de vous demander ce que notre « grand pays » peut gagner à la pratique, toujours bilatéralement avilissante, de l’humiliation infligée notamment à Madame Lamia Chakkour. Le mot « expulsion » peut-il apparaître autrement que l’étiquette de la honte apposée sur le peuple syrien comme sur les Français ? Imaginez-vous seulement à quel point, et de façon tout à fait paradoxale, un simulacre de démocratie pourrait apprendre d’une dictature !

    Monsieur le Président, une dernière chose. Croyez-vous ou feignez-vous de croire que toutes ces sanctions et autres rétorsions contre « le régime d’Assad » affectent vraiment ledit régime. Il n’y a que notre omniprésent « philosophe » du ressentiment militant et des viles suggestions qui puisse le croire et le professer ! Vous vous apitoyez, et comment ne le ferait-on pas, sur les enfants martyrs d’un pays que d’innommables intérêts ont mis à feu et à sang… or, hélas, par impuissance ou par dépit, vous êtes en train de saigner à blanc tout un peuple, parfaitement adulte, que vous prétendez défendre, conscientiser, libérer… malgré lui. Comment croire à des professions de foi qui se veulent humanitaires si elles n’ont pas tout à la fois pour visée et application un champ homogène ?

    Mille pièges, mille fatales amitiés, mille intérêts fallacieux, mille facilités, mille séductions vous sont en embuscade. Nous voulons vous croire capable de les voir, de les stigmatiser, de les contourner pour contribuer à faire avec tous ce que vous ambitionnez pour la France, unir, réunir, faire œuvre de cosmique communion. D’aucuns appelaient cela la « Civilisation de l’amour. »

    Nous n’en attendons pas moins du « Président d’un grand pays. »

    Veuillez agréer, Monsieur le Président, l’expression de tous mes vœux et de mon profond respect.

    Jean-Paul Devedeux

  7. سوريا.خالدة-Syrie.Eternelle dit :

    Edith Bouvier. a-t-elle pris sa retraite ?

    Ou bien est-elle encore en arrët maladie à la suite de son « accident de travail » à Baba Amro ?

    Quelles nouvelles avez-vous de cette « grande professionnelle » à la témérité dangereuse ?

    A-t-elle envoyé des cartes postales du Crazy Horse à ses amis salaphistophélessiens, depuis son rapatriement héroïque à Paris ?

    A-t-elle reçu la légion d’honneur de Sarkozy (à défaut, son successeur réparera l’oubli), à lui remettre par BHL, sur fond dr drapeau israélien ?

    Elle a tant de mérite !

  8. Ibn Salem dit :

    Que la paix soit sur ceux qui suivent la guidée, ensuite,

    Le 2ème paragraphe me parait HS, je parlerai du 1er.

    En faite l’article se résume à cette phrase : « Le grand reporter anglais raconte qu’effectivement, une fois leur véhicule engagée dans le no-man’s land, un poste militaire a commencé à tirer sur leur véhicule. »

    Il n y a rien de bizarre dans cette phrase, rien de choquant ?
    Moi je vois dans cet acte, que l’armée (pas asl) ne prend aucune précaution concernant les civils, pourquoi avoir tiré alors que la voiture ne représenté (à priori) aucune menace.
    Une voiture passe, on lui tire dessus c’est normal pour vous ?!.

    • kegan dit :

      C’est quoi la Guidée?

    • AVICENNE dit :

      Savez-vous ce qu’es un « no mans land » ?.

      Comme son nom l’indique, c’est une zone, définie presque « mécaniquement » par les deux camps, dans laquelle rien ne doit bouger sinon « boum boum ».

      Même dans l’horreur de la guerre il y a des règles.

  9. Frantz Fanon dit :

    Le journal allemand le plus respecté dans les milieux officieux, le Frankfurter Allgemeine Zeitung, rapporte dans son édition du 7 juin 2012 (à consulter sur internet) que le massacre de Houla a été perpétré par des ‘rebelles’. L’article parle aussi de la terreur que ces ‘rebelles’ sèment parmi les opposants. Ces informations semblent confirmer ce que les lecteurs d’infosyrie savent depuis longtemps. Il y a en Syrie d’un côté l’Etat, avec le gouvernement et l’opposition, et d’autre côté des terroristes et des mercenaires djihadistes. Ce qui est intéresant dans cette affaire, c’est que même les médias ‘mainstream’ ne peuvent plus cacher la réalité … même les atlantistes les plus acharnés ont peur de perdre le peu de crédibilité qui leur reste. Sauf en Suisse, certainement, où les medias, y compris la Neue Zürcher Zeitung, le journal phare de la presse bourgeoise, continue sa campagne contre la Syrie.

  10. Mohamed Ouadi dit :

    URGENT
    L’OTAN prépare une vaste opération d’intoxication

    par Thierry Meyssan
    Des États membres de l’OTAN et du CCG préparent un coup d’État et un génocide sectaire en Syrie. Si vous voulez vous opposer à ces crimes, agissez dès maintenant : faites circuler cet article sur le Net et alertez vos élus.

    RÉSEAU VOLTAIRE | DAMAS (SYRIE) | 10 JUIN 2012
    ESPAÑOL

    Dans quelques jours, peut-être dès vendredi 15 juin à midi, les Syriens qui voudront regarder les chaînes nationales verront celles-ci remplacées sur leurs écrans par des télévisions créées par la CIA. Des images réalisées en studio montreront des massacres imputés au gouvernement, des manifestations populaires, des ministres et des généraux donnant leur démission, le président el-Assad prenant la fuite, les rebelles se rassemblant au cœur des grandes villes, et un nouveau gouvernement s’installant au palais présidentiel.

    Cette opération, directement pilotée depuis Washington par Ben Rhodes, conseiller adjoint de sécurité nationale des États-Unis, vise à démoraliser les Syriens et à permettre un coup d’État. L’OTAN, qui se heurte au double veto de la Russie et de la Chine, parviendrait ainsi à conquérir la Syrie sans avoir à l’attaquer illégalement. Quel que soit le jugement que l’on porte sur les événements actuels en Syrie, un coup d’État mettrait fin à tout espoir de démocratisation.

    Très officiellement, la Ligue arabe a demandé aux opérateurs satellitaires Arabsat et Nilesat de cesser la retransmission des médias syriens, publics et privés (Syria TV, Al-Ekbariya, Ad-Dounia, Cham TV etc.). Il existe un précédent, puisque la Ligue avait déjà œuvré à la censure de la télévision libyenne pour empêcher les dirigeants de la Jamahiriya de communiquer avec leur peuple. Il n’y a pas de réseau hertzien en Syrie où les télévisions sont exclusivement captées par satellite. Mais cette coupure ne laissera pas les écrans noirs.

    En effet, cette décision publique n’est que la partie émergée de l’iceberg. Selon nos informations plusieurs réunions internationales ont été organisées cette semaine pour coordonner l’opération d’intoxication. Les deux premières, d’ordre technique, se sont tenues à Doha (Qatar), la troisième, politique, s’est tenue à Riyad (Arabie saoudite).

    Une première réunion a rassemblé les officiers de guerre psychologique « embedded » dans quelques chaînes satellitaires, dont Al-Arabiya, Al-Jazeera, BBC, CNN, Fox, France 24, Future TV, MTV — On sait que depuis 1998 des officiers de l’United States Army’s Psychological Operations Unit (PSYOP) ont été incorporés dans la rédaction de CNN ; depuis, cette pratique a été étendue par l’OTAN à d’autres stations stratégiques—. Ils ont rédigé à l’avance de fausses informations, selon un « storytelling » élaboré par l’équipe de Ben Rhodes à la Maison-Blanche. Une procédure de validation réciproque a été mise au point, chaque média devant citer les mensonges des autres pour les rendre crédibles aux yeux des téléspectateurs. Les participants ont également décidé de ne pas uniquement réquisitionner les chaînes de la CIA pour la Syrie et le Liban (Barada, Future TV, MTV, Orient News, Syria Chaab, Syria Alghad), mais aussi une quarantaine de chaînes religieuses wahhabites qui appelleront au massacre confessionnel au cri de « Les chrétiens à Beyrouth, les alaouites au tombeau ! »

    Le second meeting réunissait des ingénieurs et des réalisateurs pour planifier la fabrication d’images de fiction, mêlant une partie en studio à ciel ouvert et une partie d’images de synthèse. Des studios ont été aménagés durant les dernières semaines en Arabie saoudite pour reconstituer les deux palais présidentiels syriens et les principales places de Damas, Alep et Homs. Il existait déjà des studios de ce type à Doha, mais ils étaient insuffisants.

    La troisième réunion regroupait le général James B. Smith, ambassadeur des États-Unis, un représentant du Royaume-Uni, et le prince Bandar Bin Sultan (que le président George Bush père désignait comme son fils adoptif, au point que la presse états-unienne l’a surnommé « Bandar Bush »). Il s’agissait de coordonner l’action des médias et celle de « l’Armée syrienne libre » dont les mercenaires du prince Bandar forment le gros des effectifs.

    L’opération qui était en gestation depuis des mois a été précipitée par le Conseil de sécurité nationale des États-Unis après que le président Poutine ait notifié à la Maison-Blanche que la Russie s’opposerait par la force à toute intervention militaire illégale de l’OTAN en Syrie.

    Cette opération comprend deux volets simultanés : d’une part déverser de fausses informations et d’autre part censurer toute possibilité d’y répondre.

    Le fait d’interdire des TV satellitaires pour conduire une guerre n’est pas nouveau. Ainsi, sous la pression d’Israël, les États-Unis et l’Union européenne ont successivement interdit des chaînes libanaise, palestiniennes, irakiennes, libyennes, et iraniennes. Aucune censure n’a été effectuée envers des chaînes satellitaires provenant d’autres régions du monde.

    La diffusion de fausses nouvelles, n’est pas non plus une première. Cependant, quatre pas significatifs ont été franchis dans l’art de la propagande au cours de la dernière décennie.
    • En 1994, une station de musique pop, la Radio libre des Mille Collines (RTML) a donné le signal du génocide rwandais en appelant à « Tuer les cafards ! ».
    • En 2001, l’OTAN a utilisé des médias pour imposer une interprétation des attentats du 11-Septembre et justifier les attaques de l’Afghanistan et de l’Irak. À l’époque déjà, c’est Ben Rhodes qui avait été chargé par l’administration Bush de rédiger le rapport de la Commission Kean/Hamilton sur les attentats.
    • En 2002, la CIA a utilisé cinq chaînes, Televen, Globovision, Meridiano, ValeTV et CMT, pour faire accroire que des manifestations monstres avaient contraint le président élu du Venezuela, Hugo Chavez, à démissionner, alors qu’il venait d’être victime d’un coup d’État militaire.
    • En 2011, France 24 faisait de facto office de ministère de l’Information du Conseil national libyen, avec qui il était lié par contrat. Lors de la bataille de Tripoli, l’OTAN a fait réaliser en studio et diffuser par Al-Jazeera et Al-Arabiya des images des rebelles libyens entrant sur la place centrale de la capitale, alors qu’ils étaient encore loin de la ville, de sorte que les habitants, persuadés que la guerre était perdue, cessèrent toute résistance.

    Désormais, des médias ne se contentent plus de soutenir la guerre, ils la font.

    Ce dispositif viole des principes de base du droit international, à commencer par l’article 19 de la Déclaration universelle des Droits de l’homme relatif au fait « de recevoir et de répandre, sans considérations de frontières, les informations et les idées par quelque moyen d’expression que ce soit ». Surtout, il viole les résolutions de l’Assemblée générale des Nations-Unies, adoptées au lendemain de la Seconde Guerre mondiale pour prévenir les guerres. Les résolutions 110, 381 et 819 interdisent « les obstacles au libre-échange des informations et des idées » (en l’occurrence la coupures des chaînes syriennes) et « la propagande de nature à provoquer ou encourager toute menace à la paix, rupture de la paix, ou tout acte d’agression ». En droit, la propagande de guerre est un crime contre la paix, le plus grave des crimes, puisqu’il rend possible les crimes de guerre et les génocides.

    Thierry Meyssan
    http://www.voltairenet.org/L-OTAN-prepare-une-vaste-operation

  11. agent orange dit :

    Que l’info de TM soit juste ou non, ne baissons pas la garde et restons vigilants…
    En attendant qu’elle se réalise ou non, une analyse sur le rôle de l’OTAN et de son soutien aux terroristes sunnites…
    http://www.globalresearch.ca/index.php?context=va&aid=31373

  12. Cécilia dit :

    Article très important et bien détaillé du « The Independent » britannique publié ce mercredi 13 juin sur le rôle de Qatar et l’Arabie Saoudite pour armer l’opposition :

    Traduction partielles de l’article (J’ai fait de mon mieux, mais si quelqu’un veut donner une autre version ou une correction, qu’il n’hésitera pas) :
    ——-
    - Pendant que l’ONU discute sur une guerre civile probable en Syrie, Qatar et l’Arabie fournissent des armes aux rebelles syriennes ce qui va attiser encore plus la situation sécuritaire pour les civiles.

    - Les rebelles syriennes reçoivent leurs armes même lourdes comme missiles anti- chars de pays du Golf via la Turquie avec la complicité du service secret turc.

    - Ces informations ont été aussi confirmées par un diplomate occidental vivant à Ankara.

    - Les autorités saoudiennes, dans le passé, ont clairement exprimé leur sentiment que les rebelles doivent être armés. Le roi saoudien Abdullah a d’ailleurs dit que le dialogue était «inutile».

    - Le CNS est considéré comme ayant perdu la quasi-totalité de sa légitimité face aux militants syriens de l’intérieur du pays après avoir échoué à fédérer l’opposition fracturée. Pourtant, il apparaît que la Turquie a insisté pour être le garant du CNS pour l’ASL qui recevait déjà des armes avant son autorisation à traverser la frontière.

    - «Officiellement, ils ne vont pas à l’admettre,» a déclaré le diplomate. Toutefois, la CNS est «leur homme», dit-il.

    - Quant aux processus de vérification pour empêcher les armes de tomber entre les mains d’extrémistes islamiques, le diplomate a exprimé la crainte que, dans la pratique, les armes soient livrées aux rebelles sympathisants des Frères musulmans syriens, un groupe dominant au sein de la CNS.

    - « Les Frères musulmans sont le seul groupe de se doter d’armes,» at-il dit. Les rebelles au long de la frontière qui ne sont pas affiliés avec les Frères musulmans ont dit qu’ils n’avaient pas entendu parler des armes livrées.

    - Le diplomate ajoute que le CNS est «fini» en raison de son omniprésence dans la lutte et que les rebelles – qui sont devenus la force dominante dans la révolution – «pourrait pousser la barbe» pour attirer l’attention de riches bienfaiteurs religieux d’un conflit caractérisé comme une «guerre civile».

    - Au sommet des «Amis de la Syrie» en Tunisie, en février dernier, la délégation saoudienne s’est éloignée de la procédure, en avertissant que des mesures plus fermes sont nécessaire. Avant de quitter, le ministre des Affaires étrangères saoudien, le prince Saoud al-Fayçal, a décrit l’armement des rebelles syriens comme «une excellente idée».

    - « Bien qu’il ait accueilli des membres de l’ASl dans les camps de réfugiés à Hatay, en Turquie, la Turquie s’est montrée hésitante à s’impliquer directement dans le conflit. Cependant, après plusieurs fusillades transfrontalières et des rapports que le régime syrien appui des militants kurdes qui se sont engagés dans un conflit depuis 30 ans avec la Turquie, le pays connait un changement de cap », a déclaré Andrew Tabler, un membre de l’Institut de Washington pour la politique au Proche-Orient.

    - M. Tabler dit que les vidéos téléchargées sur l’internet montrent des chars détruits, mais il avertit que les armes des rebelles ne seraient pas décisives pour renverser le cours de ce conflit. «Ces armes peuvent harceler les forces du régime, mais elles ne sont suffisantes pour le faire tomber» a-t-il dit.

    Moyen-Orient: Où est leur position sur la Syrie ?

    Liban

    Le soulèvement contre Assad suscite des craintes de conflits sectaires et ethniques. Une peur que le Liban devienne le champ de bataille pour une guerre par procuration qui oppose l’Iran et la Syrie contre Israël.

    Arabie Saoudite

    Le royaume semble estimer que le renversement du régime Assad peut réduire l’influence iranienne. Riyad a dirigé les efforts pour créer une structure de rémunération pour l’ASL qui se traduit maintenant par l’expédition des armes aux rebelles.

    Qatar

    Autre anti-Iran dans le Golf, calcule également que l’avantage d’éliminer Assad emporte sur le risque d’intervenir. Avec l’Arabie Saoudite, le pays est maintenant décidé à l’envoi d’armes aux rebelles. Des expatriés syriens vivant à Doha transfèrent des millions de dollars à l’ASL.

    Turquie

    Ancien allié du régime du président Assad jusqu’au août dernier, la Turquie a fermé son ambassade à Damas en mars et a commencé à coordonner le soutien diplomatique pour le mouvement d’opposition syrienne en avril.

    Iran

    Le plus proche allié de la Syrie dans la région nie d’avoir aidé les forces d’Assad avec des conseillers, des engins anti-émeute et des équipements de surveillance.

    Irak<strong/

    Bagdad a voté pour expulser la Syrie de la Ligue arabe, en dépit de ses liens avec le gouvernement pro-Assad à Téhéran.

    Israël

    Israël a rompu cette semaine un an de silence officiel pour qualifier de «génocide» ce que se passe en Syrie et a appelé à Assad à partir, malgré les craintes que l’arsenal de son régime d’armes chimiques susceptibles de tomber dans les mains des extrémistes anti-israéliens.

    Egypte

    Les mouvements de la rue en Egypte ont contribué à inspirer les manifestants syriens au printemps dernier, mais l’Egypte a été trop préoccupé avec sa propre révolution pour être un acteur majeur dans les affaires régionales. Il a retiré son ambassadeur en février pour signaler à Damas son «mécontentement» avec la répression du régime d’Assad.

    Jordanie

    Le roi Abdallah II a été le premier dirigeant arabe à appeler Assad à démissionner, mais son gouvernement craint que la montée des groupes islamistes au sein de la Syrie et l’afflux de réfugiés syriens vers la Jordanie pourrait déstabiliser son pays.

    Article de The Independent du mercredi 13 juin traduit de l’anglais en français par Cécilia pour infosyrie le jour-même. Ci-dessous, le lien de l’article :

    http://www.independent.co.uk/news/world/middle-east/exclusive-arab-states-arm-rebels-as-un-talks-of-syrian-civil-war-7845026.html